English
  Inscrivez-vous!
Mot de passe oublié?

Travail effectué

Collecte des données

Ce sont des bénévoles œuvrant au sein de la « Church of Jesus Christ of Latter Day Saints » en Utah qui, grâce à près de 200 000 heures de travail, ont permit la transcription des informations du manuscrit du recensement canadien de 1881 dans une base de données. Ce travail s’inscrivait dans le cadre d’un projet de construction d’un registre destiné à poursuivre l’œuvre de reconstitution généalogique de l’ensemble des membres de cette Église.


Déroulement du nettoyage de la base de données/Première étape : l’Université d’Ottawa

La première phase du Projet du recensement canadien de 1881 s’est déroulée de septembre 2000 à septembre 2001 et a été prise en charge par l’Institut d’études canadiennes de l’ « University of Ottawa ». Un groupe composé d’étudiants diplômés en histoire et de bénévoles recrutés auprès des sociétés de généalogie de la région d’Ottawa ont entrepris la vérification et le nettoyage des microdonnées. À l’aide d’un manuel de nettoyage, ils ont vérifié et corrigé les références géographiques inscrites dans le fichier, éliminé les doublons, identifié les données manquantes en plus de standardiser l’âge, le lieu de naissance et l’origine. Ce travail a facilité l’utilisation conjointe de ces données et du moteur de recherche de l’Église. Cette étape a permis aux étudiants d’acquérir d’importantes habiletés en ce qui a trait à la création et au raffinement des bases de microdonnées historiques à l’aide des chiffriers ACCESS et EXCEL.

Les bénévoles des sociétés de généalogie de la région d’Ottawa ont également corrigé les incohérences qu’ils ont pu trouver dans les variables concernant l’âge, le statut matrimonial et l’ordre dans lequel l’individu a été recensé à l’intérieur du ménage. Ils ont aussi intégré à la base de données l’ensemble des lignes où il y avait absence de données . Au final, ils ont réussi à terminer le nettoyage pour l’Île-du-Prince-Edouard, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, l’Ontario, le Québec et les régions de l’Ouest. Enfin, les sections contenant des données manquantes, lesquelles ont été transcrites par les membres de la « Church of Jesus Christ of Latter Day Saints » en Utah entre février et juin 2001, ont été intégrées à la base de données.

En septembre 2001, la vérification et le nettoyage des données ont été complétées pour toutes les provinces, ce qui mit un terme à la phase 1 du Projet du recensement canadien de 1881. Le fichier complet du recensement canadien de 1881 totalisait ainsi 4 278 387 observations. À la fin du mois de septembre 2001, nos partenaires de la « Church of Jesus Christ of Latter Day Saints » recevaient tous les fichiers pour l’ensemble des provinces canadiennes et ils étaient prêts à diffuser, peu de temps après, la base de données du recensement canadien de 1881 en tant qu’index généalogique sur le site FamilySearch Internet Genealogy Service

La « Church of Jesus Christ of Latter Day Saints » a rendu accessible la base de données généalogique du recensement américain de 1880 sur CD-ROM. Son contenu est également disponible sur le site FamilySearch Internet Genealogy Service. Ces données ont été vérifiées et nettoyées par nos partenaires du Minnesota Population Center.

La phase 1 de ce projet était supervisée par Lisa Dillon qui occupait à cette époque les fonctions de Coordonnatrice de recherche au sein de l’Institut d’études canadiennes. L’Institut d’études canadiennes était alors sous la direction de Chad Gaffield. Pour de plus amples informations concernant la phase 1 du Projet du recensement canadien de 1881, veuillez visiter le http://www.canada.uottawa.ca/1881.htm.

Pour plus d’informations sur la phase 1 du Projet du recensement canadien de 1881, vous pouvez également consulter :

Dillon, Lisa.  « International Partners, Local Volunteers and Lots of Data:  The 1881 Canadian Census Project. »  History and Computing (à paraître).

Dillon, Lisa et Steven Ruggles.  « Creating Historical Snapshots of North America in 1880/1: Collaboration between Historians and the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints on the 1880/1 Census Databases of the United States and Canada. » Genealogical Journal 29 (3): 107-113.


Déroulement du nettoyage de la base de données/Deuxième étape : l’Université de Montréal

Les bureaux du Projet du recensement canadien de 1881 sont dorénavant situés au Département de démographie de l’Université de Montréal où la directrice du projet, Lisa Dillon, occupe les fonctions de Professeure adjointe. Depuis les années 1960, le Département de démographie dispose d’un programme de recherche et d’enseignement dans le domaine de la démographie historique lequel jouit d’une renommée internationale. Incluant déjà les constituantes que sont le Registre de la population du Québec ancien (RPQA), une base de données réunissant plus de 700 000 actes de baptême, de mariage et de sépulture antérieurs à 1800, le Programme de recherche en démographie historique (PRDH) chapeaute également le volet intitulé « Les recensements historiques du Canada ». Cette autre constituante du PRDH comprend maintenant, outre l’intégralité du recensement canadien de 1881, un échantillon totalisant 20 % de la population tirée du recensement de 1852. Grâce à la collaboration de Bertrand Desjardins, Chercheur agrégé au Département de démographie et co-auteur du RPQA, la phase 2 du projet bénéficiera grandement de l’expertise acquise au sein du PRDH. La phase 2 de ce projet a été financée par le North Atlantic Population Project et par une subvention de recherche de la National Science Foundation. Initiative orchestrée par Steven Ruggles, Directeur du Minnesota Population Center et créateur de la base de données « Integrated Public-Use Microdata Series », l’objectif était de parvenir à raffiner le nettoyage de la base de données afin qu’elle puisse servir les fins de la recherche en sciences sociales.


La codification des professions

En 2002, 3 nouveaux auxiliaires de recherche s’ajoutaient à l’équipe. Samuel Rousseau (Département d’histoire de l’Université de Montréal), Sarah Hayford (Département de démographie de l’Université de Montréal et de l’Université de Pennsylvanie) et Cheryl Desroches (Département d’histoire de l’ « University of Ottawa » étaient ainsi embauchés pour raffiner le nettoyage des microdonnées du recensement canadien de 1881. Dans un premier temps, ils ont procédé à la standardisation des professions en éliminant toutes les erreurs typographiques (virgules, points et astérisques) qui avaient pu se glissées lors de la saisie des données. Toutefois, toutes les autres variations (les abréviations et les informations superflues) ont été inchangées. Grâce à cette simple standardisation des professions, le nombre de celles-ci est passé de 42 000 à près de 24 000. Par la suite, nous avons ajouté à la base de données plus de 4000 chaînes de caractères touchant les professions tirées des bases de données des recensements canadiens de 1871 et 1901. Nous nous assurions ainsi de la comparabilité des données d’un recensement à l’autre.

Cheryl Desroches, de l’Université d’Ottawa, a standardisé et codé les variables liées à l’origine, à la religion et au lieu de résidence. Samuel Rousseau a révisé la variable relative à l’âge et il a également, suivant les conseils de Bertrand Desjardins en la matière, réalisé la standardisation des noms de famille francophones qui avaient été transcrits de façon erronée à l’étape de la saisie des données. Louis Duchesne, un chercheur travaillant pour l’Institut de la statistique du Québec, a standardisé, quant à lui, les prénoms dans le cadre de ses recherches personnelles portant sur les noms francophones. Cette étape de correction des noms était incontournable étant donné notre volonté de créer des variables précisant les relations de parenté entre les individus à l’intérieur d’un même ménage. Il fallait également effectuer ce travail afin de faciliter la tâche subséquente d’appariement des individus.

En 2003, Alexandre Bujold (Département d’histoire de l’Université de Montréal) est engagé afin de compléter la phase avancée du nettoyage des données telle que l’allocation du numéro de maison et les autres vérifications n’ayant pas encore fait l’objet d’un nettoyage. À l’automne 2004, France Normand (Département d’histoire de l’Université de Montréal) termine cette partie du travail. Les dernières étapes consisteront à effectuer les tâches menant à l’inférence automatique des relations de parenté à l’intérieur des ménages. Elles seront en partie effectuées par nos collègues du Minnesota alors que la documentation sera rédigée, avec l’aide de quelques auxiliaires de recherche, par Lisa Dillon et Evan Roberts.

Dernière mise à jour: 20/8/2010

Copyright© Département de démographie (UdeM)
Tous les droits réservés.